Mouvement


Hamlet -2010


"On ne transmet que ce que l'on cherche" (G. Deleuze) C'est-à-dire, soi-même: son propre désir. Un mouvement donc, une tentative, une folie, une flèche qui rate toujours son but ultime, une faim à jamais rassasiée, un échec, une ambition, un rêve. 

Les "objectifs" ? mot banni, appelant une binarité (atteint/pas atteint), donc ce qui va avec: le jugement et la crainte - de ne pas y arriver. 

Ne parler que "d'enjeux". 

Le vrai apprentissage: on vise une chose que l'on va nécessairement rater, manquer et faire naître une beaucoup plus vaste que l'on n'avait pas imaginé.

Nous travaillons à l'aveugle le plus souvent et nous nous quittons chaque semaine en l'attente de la suivante: une promesse sans cesse rejouée. Mais parfois, au milieu du travail, sans prévenir, surgissent des éclats d'être. 
Sans prévenir: ainsi nous vérifions la qualité de ce qui vient d'advenir: du réel.
Le miracle ne peut être que réel.

Aller à l'essentiel: l'être. 
Le monologue de Hamlet prend à chaque répétition tout son sens: "Etre ou ne pas être".