Les mots du texte


C., texte en main, articule la phrase toute entière, d'un bloc.
Je l'arrête: "Nous cherchons ici à reproduire le vivant. Or dans la vie cela ne se passe pas comme cela."
Le cerveau, à la vitesse de la lumière, trie, compare, pèse et soupèse des centaines et milliers de mots avant de choisir le bon.
La phrase se construit ainsi, pas à pas. Ainsi l'écriture du poète.
Texte en main, mettre ses pas dans ceux de celui qui parle ou écrit.
Aller lentement. Tout visualiser. Choisir les mots pour agir sur l'autre. Celui-là et pas un autre. Son synonyme ou son contraire.
Affûter la glaise, découper et rejeter celui qui n'est pas adéquat.
Au fur et à mesure des années de répétitions, cet exercice trouvé, qui produit des miracles: passer par le contraire.
Lorsqu'il s'agira de dire: "noir", dire: "Non pas blanc, mais noir". Miraculeusement, la sonorité et l'essence du mot: "noir" se fera entendre à sa puissance maximale.