Raconter


M. vit intensément sa scène. Tout y est, tout est juste, concret et subtil. Elle est vraie et l’émotion est là. Mais cela “ne passe pas”. Nous ne sommes pas touchés. Nous nous sentons exclus. Je lui demande recommencer - mais cette fois-ci, en nous racontant tout ce qu’elle venait de vivre. Je lui explique l’exercice de Brecht: à chaque réplique, commencer par “elle dit”. 
Elle recommence: c’est magnifique, la scène toute entière devient lumineuse mais M. me lance, en colère: “Mais enfin, ce n’est pas cela, jouer ! C’est complètement nul !”.  
Je lui réponds que raconter est le stade suprême du jeu. Vivre n’est pas suffisant. Il faut vivre en racontant, toujours.